Retour sur une petite vidéo d’une sortie de groupe

Cette vidéo (de mauvaise qualité, car réalisée avec un appareil photo) date de mars 2008, à l’époque où il n’y avait "que" huit lapins à la maison: Swap, Thalia, Hermine, Poppée, Flore, Domino, Ambre et Vénus. Je souligne le fait que, pour ce petit montage vidéo, je n’avais gardé que les moments les plus dynamiques et "sportifs" de la rencontre, et j’avais écarté les moments de pause, de toilettage, de câlins, d’alimentation…

Lire la suite de l’article

Image de soi et confiance en soi

Durant la première semaine de Daphné et Chloé à la maison, une quarantaine s’impose, pour des raisons sanitaires, mais également pour leur laisser le temps de s’adapter tranquillement à leur nouveau domicile.

Toutefois, à la faveur des ouvertures et fermetures répétées de portes, alors que je faisais le ménage, Swap, Thalia et Hermine se sont approchées des deux nouvelles recrues de la garenne. Swap tendait le cou et avançait très prudemment, ventre à terre, tandis que Thalia et Hermine observaient sans bouger. Quand Thalia a semblé réaliser ce qu’elle avait en face d’elle, elle a détalé à toute vitesse, suivie dans sa fuite par Swap et Hermine. Pendant ce temps, Daphné mangeait tranquillement du foin et Chloé se prélassait sur son tapis.

Quelques heures plus tard, Swap parvient à nouveau à se faufiler entre mes jambes, fonce vers Daphné, se met à émettre des grognements pour l’intimider et fait mine de l’attaquer. Daphné n’a pas réagi et a continué à grignoter le tapis en coton sur lequel elle était allongée. J’ai immédiatement attrapé Swap. Intérieurement, j’étais amusée de voir ce petit lapin de 1,7 kg essayer d’impressionner une grosse lapine de 5,6 kg.

Le lendemain, c’est Quinoa qui a profité d’un instant de distraction de ma part pour foncer comme un boulet de canon sur Chloé. Le temps que je l’attrape, elle avait réussi à mordre Chloé au museau (quelques poils arrachés seulement, heureusement). Quinoa grondait et se débattait, même lorsque je la tenait dans les bras: prête à en découdre, elle voulait retourner voir Chloé qui n’avait pourtant pas bougé d’un cil. Je rappelle que Quinoa pèse, tout comme Swap, 1,7 kg et que Chloé pèse 5,7 kg. Et pourtant, c’est Chloé qui tremblait, une fois passée l’attaque de Quinoa, tandis que cette dernière était en train de passer ses nerfs sur un morceau de carton.

Le comportement d’un lapin, sa domination sur un autre, n’a a priori rien à voir avec sa taille ou sa force. Certes, en cas de combat entre deux lapins, la taille peut devenir un élément incontournable de la construction de la hiérarchie. Mais s’il n’est pas "sûr de lui", un lapin ne sera jamais dominant, même s’il est plus puissant, fort et vigoureux que les autres.

Évidemment, pour le propriétaire de lapins qui est spectateur de la scène, une fois passée l’inquiétude d’un éventuel combat, cette situation du petit qui tente d’impressionner et de soumettre le grand prête à sourire: cela fait penser à ces petits yorkshires qui tentent d’attaquer de gros bergers allemands.

Mais quand "l’assurance et la confiance en soi" du lapin lui permettent de réellement devenir le dominant de la garenne, comme c’est le cas de Swap à la maison, on se rend compte de l’importance de l’image que le lapin a de lui-même dans ses comportements sociaux. Pour le moment, Swap est le dominant de lapins qui ne pèsent qu’entre 0,5 et 1 kg de plus que lui (et qui sont tous arrivés après lui à la maison). Il sera intéressant, à l’avenir, de voir s’il se comporte comme un dominant avec Daphné et Chloé, une fois que celles-ci auront pris leurs marques à la maison.

Cette confiance en soi, cette image de soi du lapin, dominant ou pas, a des hauts et des bas en fonction de différents paramètres comme la maladie, l’arrivée d’un nouveau lapin, le changement de territoire.